Septembre 2019, marquera la prise en compte des valeurs du cycle WLTP.

Le cycle WLTP a  été reporté à septembre 2019, mais examinons ce que les gestionnaires de flotte peuvent faire maintenant pour se préparer à ce changement.


-WLTP- Gestionnaire de flotte


Jusqu’à récemment, les émissions des véhicules étaient testées par les procédures du Nouveau Cycle Européen de Conduite (NEDC). Depuis 1973, les normes NEDC étaient en vigueur. Ce fût, durant toutes ces années un très bon moyen d’effectuer des comparaisons objectives entre les modèles et les motorisations. Cependant, ces tests devenus obsolètes ont été supprimés, leurs résultats ne reflétant pas une image réelle de la consommation d’un véhicule pour une utilisation quotidienne.

Le cycle WLTP a été introduit en septembre 2017 par l’Union Européenne afin d’atteindre ses objectifs en matière de réduction des émissions de CO2. Jusqu’alors il était applicable seulement si le constructeur souhaitait l’utiliser pour tester ses nouveaux véhicules, mais depuis Septembre 2018, ces procédures sont applicables à TOUS les véhicules nouvellement enregistrés. Une période de transition va être mise en place et les documentations du véhicule comporteront les valeurs NDEC (valeur corrélée) et WLTP mais au 1er Septembre 2019, seule la valeur WLTP sera prise en compte.

Quelles sont les différences entre le NEDC et le WLTP ?

En un mot, le cycle WLTP est bien plus rigoureux que le cycle NEDC et fournit une juste représentation de la conduite moderne. Conçu par des experts sous la supervision du Forum Mondial pour l’harmonisation des réglementations sur les véhicules, il est jugé plus pertinent car il représente un mode de conduite des véhicules plus intense et sur une plus longue durée.

Le tableau suivant résume les différences majeures entre ces deux tests :

wltp sheet FR

Etant un test plus contraignant, les procédures WLTP intègrent de nouvelles conditions de test afin d’obtenir des résultats sur les performances globales du véhicule. Celle-ci sont :

Un comportement de conduite plus réaliste
Une gamme plus large de situations de conduite : autoroute, route principale, urbaine et suburbaine
Durée des tests allongée
Meilleure représentation des accélérations et des décélérations
Vitesses moyennes et maximales supérieures
Températures ambiantes réalistes
Arrêts plus courts
Conditions de configuration et de mesure plus strictes

La sévérité de ce test ne s’arrête pas là, le WLTP sera complété par un autre type de test aléatoire sur route ouverte, le RDE2 (Real Driving Emissions) visant à contrôler le taux d’émission d’oxydes d’azote (NOx) produit par les véhicules diesel.

Les résultats des procédures WLTP devraient être supérieurs à ceux du NEDC en raison des conditions d’essai plus strictes. La taxe carbone étant dépendante des émissions des véhicules, la question suivante se pose : quels impacts cela aura-t-il sur votre flotte?

-Car wltp image -

Les défis rencontrés par les gestionnaires de flottes

 

Retards de livraison de véhicules. Malgré la période de transition entre 2017 et 2018,  certains constructeurs automobiles ont pris la décision de stopper ou de suspendre la production de certains modèles tant qu’ils ne seront pas en adéquation avec le cycle WLTP. Ces pauses devraient être à l’origine de retards de livraison de certains modèles de véhicule de la part de nombreux constructeurs, on peut notamment citer Volkswagen, Audi, BMW et Peugeot.

Des impacts fiscaux. La taxe carbone étant liée au taux d’émissions d’une voiture, on peut donc penser que cette taxe va augmenter. Pas de panique, le peu d’informations transmises par la commission européenne s’avèrent rassurantes mais néanmoins floues. En effet, elles annoncent que l’augmentation du taux d’émissions plus élevé dû au WLTP n’entrainerait normalement pas de taxation plus lourde.

Les prochains achats encore incertains. Malgré le dieselgate, investir dans une voiture essence coûte encore très cher pour une utilisation intensive du véhicule. Néanmoins les gestionnaires de parc commencent à se tourner vers les énergies alternatives pour essayer de palier à une éventuelle hausse de la fiscalité. D’après le baromètre flottes publié par l’OVE, 47% des gestionnaires de parc français craignent et anticipent un impact important sur la fiscalité. Pour ces mêmes personnes, des solutions alternatives comme l’hybride ou l’électrique pourrait constituer une solution durable. Il est donc évident que sans informations supplémentaires à propos de cette nouvelle réforme, mettre en place la prochaine car policy de votre flotte ne sera pas une tâche aisée.

Que doivent faire les gestionnaires de flotte ?

C’est une bonne question ! Sans informations supplémentaires et claires de la part du gouvernement, il est difficile de conseiller les gestionnaires de flotte à propos des changements qu’ils doivent adopter. Beaucoup de gestionnaires ont pris la décision de prolonger leurs contrats de leasing jusqu’à ce qu’une décision soit prise de la part des autorités. Les ventes de véhicule ont de ce fait nettemment diminuées depuis le 1er Septembre. Et cela pourrait signifier une vague de commandes importante à la suite d’une prise de position du gouvernement que les constructeurs auront sûrement du mal à satisfaire.

Vous munir d’un logiciel pouvant vous aider à prendre des décisions importantes concernant des sujets comme le type de carburant à adopter serait un bon début. Utilisez le temps nécessaire pour rassembler des données sur votre actuelle et future sélection de véhicules en incluant les informations suivantes :

 Résultats du cycle WLTP
 Disponibilité de la commande
 Date de livraison prévisionnelle

Prédéfinissez un taux d’émissions à ne pas dépasser par vos véhicules. Ainsi, vous pourrez inclure ou exclure des modèles de voitures conformément aux paramètres définis. Une telle activité peut également être l’occasion de communiquer avec vos conducteurs sur votre nouvelle car policy mais également sur vos attentes en matière d’écoconduite et d’économies de carburant.